La fainéantise n’existe pas

Du moins pas comme on l’entend!

Mais d’abord, qu’est-ce que la fainéantise?

“Comportement de quelqu’un qui répugne à l’effort, au travail, à l’activité ; goût pour l’oisiveté.” (Définition du Larousse)

“Ce terme, synonyme de paresse, désigne une volonté de ne rien faire, de se laisser aller à l’oisiveté, à l’inaction. La fainéantise peut être un trait de caractère ou un état passager lié à un manque de motivation.” (Définition de L’internaute)

Nous lisons ici que qu’une personne fainéante a la volonté de ne rien faire mais est-ce que les personnes que l’on voit ne rien faire le veulent toujours vraiment et d’ailleurs est-il vraiment possible de ne rien faire? Car lorsqu’on regarde un film par exemple, on ne fait pas rien du tout même s’il s’agît d’une action passive. Ne rien faire reviendrait à rester assis ou debout là, sans aucune source de distraction ce qui serait déjà beaucoup plus difficile et ne s’appellerait pas vraiment “rien faire” car là encore nous serions en train d’être debout ou assis là et de fixer notre regard sur quelque chose ou de fermer les yeux, ce qui reviendrait à une forme de méditation qui ne serait encore une fois pas “rien faire”! Peut-être aussi et sûrement que si nous faisions cela, nous serions en train de très sérieusement nous ennuyer, ce qui ne serait finalement pas une mauvaise chose car il paraît que l’ennui a de nombreuses vertus! (ce qui sera l’objet d’un autre article 🙂 )

Aussi, revenons à nos moutons! Lorsque quelqu’un regarde un film, il ne fait pas rien donc, son esprit est absorbé par ce qu’il voit, entend et ressent et pendant ce temps-là, il apprend peut-être des choses, se détend sûrement, rit et s’attendrit aussi ce qui peut être extrêmement bénéfique! Surtout lorsqu’on a un mental bouillonnant et le stressomètre au max!

Et puis, quelqu’un de fainéant qui, en apparence, ne fait rien a peut-être un monde intérieur extrêmement riche où il se passe tout un tas de choses dont lui seul peut témoigner. Et l’oisiveté dans ce cas-là lui sera indispensable pour se ressourcer, de même qu’elle sera un état formidable dans lequel puiser sa créativité.

L’oisiveté ne serait donc pas opposée au travail ou à une quelconque activité mais complémentaire de ces derniers. Elle ferait partie d’un équilibre parfait à l’image de l’introspection et l’action.

D’ailleurs, l’oisiveté de même que la solitude sont d’autant plus indispensables et vitales pour les personnes hypersensibles qui en ont besoin pour se retrouver et se recharger les batteries afin de mieux être et agir dans le monde.

La fainéantise utilisée à bon escient dans le cadre d’un équilibre est alors une douce amie lorsqu’elle est accueillie consciemment dans nos vies.

Mais pourquoi la fainéantise est un terme si péjoratif alors?

Sûrement parce que la plupart du temps, la fainéantise dont nous parlons est celle qui s’invite sans que nous l’ayons vraiment désirée ni choisie et les gens qui nous observent souvent nous jugent ayant l’impression que l’on ne fait rien ou que l’on avance pas (et c’est peut-être vraiment le cas d’ailleurs).

Mais même si c’est le cas, cela veut-il dire que nous avons choisi de ne rien faire, que nous aimons ça et que nous sommes en paix avec cet état? Loin de là..

La plupart du temps, il s’agira d’un état de déprime ou alors d’un état de confusion, de stress ou d’anxiété qui nous maintient dans l’inaction. Il pourra s’agir aussi de dix mille idées qui se bousculent au portillon menant à l’indécision, d’un cheminement extrêmement riche à l’intérieur qui ne se voit pas encore à l’extérieur, d’un manque de confiance en soi ou d’estime de soi, d’une quête de sens que l’on aurait pas encore trouvé, d’un trop plein d’idéalisme qui nous décourage à l’avance d’agir, d’histoires négatives que l’on se raconte sur nous-même, de peurs (conscientes ou inconscientes) encore plus puissantes que nos désirs d’avancer.

Il peut y avoir des tas de raisons qui nous maintiennent dans une forme d’inaction qui pourrait passer pour de la flemme alors qu’en fait, derrière cette supposée flemme se cache bien souvent une souffrance ou bien un manque cruel de sens.

Un être humain connecté à sa source de vie et bien dans ses baskets ne sera jamais fainéant, il aura cet élan naturel de contribuer, il aura a cœur d’explorer et de développer sa multitude de potentiels afin de les offrir au monde car après tout, c’est ce pourquoi il est né.

Alors si les autres ou vous-même vous traitez de fainéant, essayez de changer de perspective en comprenant la présence de cette apparente paresse.

Vous sentez-vous connecté à vous-même et à votre noyau de joie, votre noyau de vie? Faites-vous vraiment ce qui vous tient à cœur? Avez-vous besoin de guérir certaines blessures qui vous entravent? Avez-vous besoin de plus d’amour et d’attention (même et surtout de votre propre part)? Quels sont ces besoins en vous qui ne sont pas nourris?

Écoutez votre petite voix car c’est elle qui vous guidera vers ce qui est juste et bon pour vous. Ni les autres, ni vos peurs ne connaissent le chemin, elle seule sait, vous pouvez lui faire confiance. 🙂

Ainsi, je suis sûre que vous (re)trouverez la joie d’agir naturellement.

Tout plein d’Amour sur vous et à vos intuitions ❤

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

4 réflexions sur « La fainéantise n’existe pas »

  1. Bonjour merci pour cet article pertinent , tout le monde d’une manière ou d’une autre sera victime de la paresse à un moment donné, et je vous assure personne n’est parfait, parfois la paresse peut s’avérer être un frein quelquefois et dans certaines situations et nous même par habitude nous validons cette paresse et parfois pour progresser nous devons nous faire violence, pour être meilleur et moins paresseux. D’un autre côté je ne qualifierait pas ce temps que nous prenons pour souffler, et nous reposer de paresse, à un moment donné nous devons arrêter le temps et dire stop, allons à la plage, ou allons faire une randonnée, ça aussi c’est bénéfique pour notre mental et notre corps. Nous devoir choisir des activités de loisirs , qui nous font du bien et qui améliore notre santé et notre bien- être. Merci pour cet excellent article😊

  2. personnellement mon point vue sur le sujet est qu’il faut ajouter la notion du temps. Si on s’évalue sur une soirée , une semaine , un mois, un trimestre, une année. L’analyse de notre 2 h de relaxation ne sera pas analysé de la même façon en fonction de la période et ce qui s’est passé. Tout est une question de point de vue.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *