Comment se sentir chez soi?

Y’a-t-il des endroits où vous vous sentez davantage chez vous que d’autres? Y’a-t-il d’ailleurs un seul endroit sur cette Terre où vous vous sentez chez vous? Ou est-ce qu’au contraire, vous vous sentez comme un extraterrestre fraîchement débarqué d’une autre planète sans trop savoir pourquoi vous êtes là?

Et s’il était temps de nous rappeler qui nous sommes vraiment?

Et si se sentir chez soi ne dépendait pas d’un endroit en particulier mais bien d’un sentiment comme le verbe le laisse entendre. Sentir. Sentiment. D’être chez soi et à sa place en toutes circonstances, quelque soit le moment, quelque soit le lieu, quelques soient les gens qui nous entourent, nos états émotionnels ou les évènements extérieurs. Ne serait-ce pas merveilleux?

Et si le retour à la maison était simplement le retour vers soi, vers l’intérieur, l”espace infini qui nous habite et qui vient d’ici et d’ailleurs?

Cet espace à la fois géant et réconfortant, familier, sans frontières et pourtant très enveloppant. Cet espace où il nous suffit de fermer les yeux pour instantanément s’y plonger. Un état de bien-être sur commande. Où l’on peut se ressourcer et se fondre dans la conscience infinie que nous sommes. Quelle bonheur de simplicité.. Accessible à chacun d’entre nous, il est gratuit et tellement riche, si précieux bien qu’insaisissable, il n’est pas rare pourtant et ne demande qu’à être contacté. Il s’agît du pouvoir Créateur que nous sommes et qui crée toutes choses, le vide et le plein, l’abondance et le rien, l’enfant et le vieillard, la sagesse et la fougue, le désir et l’apathie, l’Amour et la Peur, la Mort et la Vie et tout et ses contraires, la Joie et les galères. Et quoiqu’il arrive, cet espace nous contient et nous habite, nous aime et nous craint, nous pousse et nous retient. Il est l’espace entre nous-même et notre reflet dans le miroir, il observe et agît. Il est le calme infini qui comprend toutes les vagues, les tempêtes, les tornades. Il est vaste et sait nous apaiser à condition de nous y abandonner.

Et si nous fermions les yeux un petit instant? Et si nous dansions? Et si notre corps était notre maison? Rien que pour un instant? Juste l’instant de cette vie.

Et si nous faisions de ce corps qui a tendance à être déprécié et diabolisé notre meilleur ami? Notre chez nous de tous les jours quelque soient nos états d’âme. Car nous avons tendance à oublier qu’il est un cadeau précieux qui nous aime inconditionnellement et nous soutient constamment quelque soit ce qu’on lui fait subir. Quelques soient nos choix aussi anti-naturels soient-ils! Alors nous pourrions dire : “Mais pas du tout! Mon corps ne m’aime pas, il tombe toujours malade, il me fait souffrir, j’ai des douleurs partout!” Ah oui?! Mais comment l’avons-nous traiter ces temps-ci et depuis le début de cette vie? Qu’avons-nous fait pour qu’il se sente bien, aimé, chéri et nourri? Que lui avons-nous dit? À quoi l’avons-nous contraint? L’avons-nous pris pour une poubelle? Pourquoi et comment est-il devenu ainsi? N’est-il pas comme un enfant qui a fait de son mieux dans les conditions qui lui ont été offertes? Et s’il faut nous poser toutes ces questions, ce n’est pas pour nous culpabiliser, loin de là! C’est simplement pour nous responsabiliser et reprendre notre pouvoir guérisseur! Car il n’est jamais trop tard pour aller mieux et commencer à prendre soin de notre maison terrienne!

Fais du bien à ton corps pour que ton âme ait envie d’y rester.

Proverbe indien

Il est temps de demander à nos corps ce dont ils ont besoin! Je peux vous assurer qu’ils ne manqueront pas de nous répondre car ils sont pleins d’une sagesse rare que l’on a fort tendance à oublier et ce sont eux qui nous permettent de toucher des états de grâce pourvu qu’on les traite comme il se doit. Dignement et joyeusement. Avec toute la bienveillance et puissance d’Amour dont nous sommes capables!

Alors tous à nos corps d’Amour et puisse la Paix les habiter toujours! ❤

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *